archives > Samedis Créateurs >

FAIRE CONNAÃŽTRE SON ENTREPRISE, Quelques règles simples pour mieux communiquer

Samedi 26 novembre 2005 de 10h00 à 12h15 à HANVEC. Monsieur Guy SCHERER, spécialiste marketing - communication, vous en dira plus sur ce sujet.

Les samedis de Kerliver sont des conférences GRATUITES, pour tous ! Appelez et réservez votre place au 02 98 20 00 08. La prochaine conférence retiendra votre attention ! Nous vous donnons rendez-vous autour d’un café à 9H45 afin de pouvoir débuter la conférence à 10 heures. A 12 heures, nous clôturerons nos échanges et prendrons un quart d’heure pour de petites rencontres à cinq ou six, ultra-rapides, que l’on appelle « les speed business meetings ». c’est une manière de se constituer un carnet d’adresses professionnelles.

Objectifs :

€“º Sensibiliser les créateurs et les créatrices d’entreprise aux règles de la communication.

€“º Savoir identifier ses besoins en communication en fonction de son budget.

€“º s’ouvrir à la communication.

Le marketing communication :
La concurrence existe, elle est connue et reconnue sur son territoire, elle communique. Dans ce contexte, ma nouvelle entreprise doit prendre sa place. Comment m’y prendre ? Comment me faire remarquer ? Comment être plus attrayant, plus original, plus visible que mes concurrents ?

Si mon client ne sait pas que J’existe, il ne risque pas de s’intéresser à moi, d’acheter mes produits, de faire appel à ma prestation :

- Chacun en parle, mais communiquer c’est quoi ?
- Définition marketing
- Quels sont les moyens de communication ?
- Identifier les « outils » de communication
- Quels sont ceux à ma portée ?
- Choisir ceux qui me sont accessibles : selon quels critères
- Comment éviter les pièges ?
- Histoires vécues.

Comptant sur votre présence à tous, sincères salutations,
Pour le groupe Equal,
Marina Bouchet - KERLIVER - tél : 02 98 20 00 08 - mél : marina.bouchet@educagri.fr

Michelle Jéquel - Technopole Quimper - tél : 02 98 100 200 - mél : michelle.jequel@tech-quimper.fr

le 4 novembre 2005 par Marina Bouchet