archives > Samedis Créateurs >

La prise de parole en public : un atout pour créer ou développer son entreprise

Conférence co-organisée par la Communauté de Communes de Concarneau et « Entreprendre Au Féminin Bretagne »

Véronique Trû¼b, consultante-formatrice en communication est intervenue à Rosporden, le samedi 17 mai 2008, sur le thème de la prise de parole en public. Cette conférence a été introduite par le président de la Communauté de Communes de Concarneau-Cornouaille, Monsieur Jean-Claude SACRE. Cette première conférence, co-organisée, a permis d’accueillir 25 personnes et de favoriser échanges et contacts entre personnes en projet, acteurs du territoire et chefs d’entreprise.

Monsieur Jean-Claude SACRE a été remercié pour la qualité de son intervention et ses compétences de prise de parole en public ont été saluées.
Monsieur SACRE a introduit la conférence en fournissant ses trucs et astuces pour réussir ses prises de parole en public :

  • s’entrainer et prendre l’habitude de parler en public
  • Préparer son intervention, grâce notamment aux notes fournies par ses collaborateurs : être concis et rapide.
  • Revenir à l’essentiel : quel est l’objectif que l’ont veut atteindre ? Quel est le but ?
  • Noter deux trois éléments qui serviront de fil conducteur.
  • « Il faut y aller ! ». Il faut oser et dépasser ses peurs.

Intervention de Véronique Trû¼b : « Comment gérez-vous votre trac ? »

  • « Le trac tombe un peu avec l’habitude. En fonction de l’importance et de l’enjeu, le trac existe toujours. Celui-ci disparait avec l’action. » Monsieur SACRE avoue également l’importance du feed-back et des réactions de son auditoire afin de s’assurer de la réception du message. La difficulté d’une communication audiovisuelle ou sur les ondes radio proviennent justement de ce manque de feed-back.

Quelques questions :

  • Comment travailler sa respiration, son débit de parole ?
  • Comment gérer son trac, ses émotions ?
  • Comment ne pas rougir ?
  • Comment créer du lien avec son auditoire ? Capter son attention, susciter sa participation ?
  • Comment instaurer d’emblée le ton sur lequel ont souhaite intervenir ?
  • Comment sortir du support ?
  • Comment ne pas être déstabilisé par une question ?, etc...

Véronique Trû¼b a pu fournir, durant son intervention, quelques réponses à ces questions.
Intervenir en public s’est déjà s’autoriser le droit à l’erreur. c’est oser dire que l’on ne sait pas.

Prendre la parole en public c’est s’entrainer. Rentrer dans un réseau et y prendre des responsabilités est l’un des meilleurs moyens de s’entrainer.
La spontanéité des enfants peut être utile à modéliser afin de conserver une authenticité et utiliser ses émotions pour faire passer un message.

La prise de parole en public fait appel à 3 impératifs :

  • 3P : Préparer. Ce temps est essentiel. Il ne faut pas sous estimer ce temps.
  • 3R : répéter. Chronométrer son intervention, se visualiser face à un miroir. Eviter à tout pris la lecture. Il est intéressant d’utiliser un dictaphone pour analyser les différentes tonalités utilisées en fonction des mots employés.
  • 3S : simplifier ce que l’on dit. Le message doit être simple, clair et accessible. Trop d’informations tue l’information.

Qu’est-ce que l’on veut faire mémoriser ?

Il est intéressant d’utiliser les techniques de mémorisation : technique des slogans publicitaires (« chambourcy oh oui ! »). Rechercher des jeux de mots sur le nom de son entreprise et sur son activité.

Les 4 fondamentaux de la prise de parole en public :
SGAR

  • S : Sourire
  • G : Gestuelle
  • A : Ancrage
  • R : regard circulaire.

Le message visuel prime sur le message auditif : éviter les gestes répétitifs qui bloquent la transmission du message auditif.

La préparation d’une intervention c’est 80% de la réussite.
c’est une préparation :

  • Intellectuelle
  • Physique
  • Mentale.

1- La préparation intellectuelle
Récolter de l’information, de la documentation. Mettre ses idées en vrac. Créer un nouveau dossier. Rédiger (écrire, c’est penser 10 fois mieux). Structurer, travailler son accroche, sa chute, travailler son plan. Ecrire à voix haute (l’expression écrite est différente de l’expression orale).
Préparer des aides visuelles.

2- La préparation physique
Se mettre au vert, se mettre dans un état de ressources pour bien intervenir : marcher, respirer, s’aérer le cerveau, faire du sport, se détendre, parler d’autre chose.
s’imprégner des lieux avant son intervention. Arriver au minimum, 30 minutes à l’avance.
Chercher le jour J des personnes ressources (personnes ayant une bonne condition physique et mentale). Il n’y a rien de plus communicatif que le trac.

3- La préparation mentale
Se mettre en état de page blanche : utiliser, si nécessaire les techniques de relaxation, sophrologie, etc...
Se programmer mentalement pour le succès, comme Fabien Barthez qui s’est dit lorsqu’il est entré sur la pelouse du stade de France, en 1998 : « Ce soir, je suis champion du monde ! »
La pensée précède l’action : « notre vie est ce que notre pensée en fait ».
s’appuyer sur ses réussites, se visualiser en train de réussir.

c’est également se préparer aux objections.
Lors d’une agression verbale : bouger dans la salle afin de se donner un autre point de vue.

La préparation doit respecter le principe des 5C (Court, Clair, Concis, Concret, Compréhensible) (et éventuellement Pas Chiant !)

Si possible, il est intéressant d’ajouter de l’humour : l’ennui n’est pas pédagogique !

La prise de parole en public c’est faire le marketing de son discours :

1- Quel public cible ?

2- Quels objectifs ? (vendre, se faire connaître, informer, se différencier, devenir incontournable, etc...)

3- Quels besoins, quelles attentes ?

4- Quel message ? Quel plan ?

5- Quelles illustrations ?

Durant l’intervention il s’agit d’obtenir constamment du feed-back. Observer, questionner.

Exercice de travail sur l’utilisation de ses différentes tonalités de voix et sur l’utilisation du corps pour transmettre un message. Apprendre à connaître son propre vocabulaire corporel.

95% des présentations à l’oral sont ennuyeuses : cela laisse une marge de progression !

Un grand merci à :

  • Monsieur Jean-Claude SACRE, président de la Communauté de Communes de Concarneau-Cornouaille
  • Madame Gwénaëlle LE GALL et Rémy BONJOUX, service développement économique, Communauté de Communes de Concarneau-Cornouaille.
  • Véronique Trû¼b, consultante formatrice.

Pour plus d’informations sur cette intervention, vous pouvez contacter Madame Véronique Trû¼b au : 02.99.79.09.51 - Mél : vero.trub@wanadoo.fr

le 30 mai 2008 par gwenn