archives >

Solidarité pour le NIGER

Demande d’aide pour l’envoi de semences

Agro Sans Frontières-Bretagne et l’Association Franco-nigérienne MATA sont à la recherche d’aides pour l’envoi de semences au Niger. La situation est urgente, appel à l’aide de leurs responsables...

Pour être nés au Niger ou pour y avoir été coopérants, nous sommes très attachés à ce pays et à ses populations. Ainsi, dans le cadre de nos associations nous menons depuis plusieurs années, des actions soit pour la promotion des femmes soit pour l’amélioration et la diversification des productions vivrières.

Actuellement, différents médias nous informent et à juste titre, de la disette alimentaire au Niger, consécutive aux conditions climatiques et parasitaires de l’année 2004.

û€°tant donné les très mauvaises récoltes de 2004, on savait depuis des mois que la « soudure » 2005 serait difficile et même si c’est au Niger que la situation paraît la plus dramatique, certaines zones d’autres pays de la bande sahélienne peuvent aussi être concernées.

Ces aléas périodiques soulignent à quel point ces pays dont la population croit rapidement (2 à 3 % par an, voire plus, doublement en 25 ans) sont dans une situation permanente d’insécurité alimentaire, quantitative et encore plus qualitative.

Au-delà de ces aléas difficilement maîtrisables, cette fragilité chronique provient du fait que des moyens suffisants ne sont pas attribués pour gérer et valoriser les ressources naturelles (sols, eau, arbres), pour améliorer et diversifier les productions vivrières, pour former et organiser les producteurs et productrices.

Si des mesures d’urgence s’imposent à court terme, sur les plans alimentaire et sanitaire, il est aussi indispensable de penser aux prochaines cultures et en particulier aux productions maraîchères qui pourraient être intensifiées, notamment pendant la saison fraîche, d’octobre à mars.

Le développement de ces productions qui sont le plus souvent à double fin : autoconsommation familiale et vente dans les centres urbains, est conditionné par divers facteurs (maîtrise de l’eau, savoir faire, intrants), dont l’un des plus importants est l’accès à des semences de qualité, d’espèces et variétés adaptées.

Nos associations sont depuis plusieurs années, avec divers partenaires de France et du Niger, engagées dans un programme de soutien au développement des productions vivrières notamment des cultures maraîchères avec, entre autres, pour objectifs l’approvisionnement, la production locale, la conservation de semences de qualité.

Nos résultats sont tout à fait encourageants mais demeurent pour l’instant à petite échelle car nos moyens sont limités et nos actions ne peuvent porter leurs fruits que dans la durée.

Pourtant, les conditions dramatiques de cette année, exigeraient qu’un effort particulier soit fait pour mettre des semences (pommes de terre, graines potagères) en quantité substantielle, à la disposition des producteurs et productrices nigériens.
Pour que ces semences soient disponibles sur place, courant Octobre, il est indispensable de pouvoir prendre la décision d’expédition (donc avoir les préfinancements) en Aoû »t.

Compte tenu de la gravité de la situation et de l’urgence, nous nous permettons de solliciter l’attribution d’une aide financière exceptionnelle (subvention ou don) afin de préparer ces expéditions.
Dans notre esprit ces semences ne seraient pas données, mais vendues à crédit jusqu’à la récolte. Les sommes récupérées constitueraient un fonds pour de nouvelles livraisons les prochaines années.

A titre indicatif :

- un conteneur de plants de pomme de terre (13,5 t) arrivé à Niamey coû »te 12100 €, non compris les transports à l’intérieur du pays

- Le prix d’un sachet de graines potagères varie (selon les espèces, variétés, grammage) de 0,3 à 1,5 € : une unité de livraison intéressante pourrait se situer autour de 5 à 6000 sachets soit 5000 € auxquels il faut ajouter les frais d’acheminement soit environ 6000 €.

Il serait bien sû »r souhaitable que des unités de livraison (1 conteneur de pommes de terre + 1 lot de graines potagères) soient acheminées vers plusieurs régions du Niger.

La distribution, le suivi et la récupération de l’argent se feraient sur place par les associations, groupements, fédérations de maraîchers avec qui nous collaborons déjà.
Nous-mêmes (et/ou d’autres membres de nos associations) sommes disposés à aller sur place, bénévolement, afin d’organiser la réception et la répartition de ces semences.

Nous nous tenons naturellement à votre disposition pour toute information complémentaire sur cette action et plus généralement sur les activités d’Agro Sans Frontières (ASF) et de MATA.

En vous remerciant par avance pour l’attention que vous pourrez porter à cette demande, veuillez croire, Madame, Monsieur à l’expression de nos salutations distinguées.

Fatoumata et Arouna Warou
Association MATA
(Femme en Haoussa)

Marie Pascale et Bernard Jouan
Agro Sans Frontières-Bretagne

CONTACTS

Agro Sans Frontières-Bretagne

Le Puits Berger,

35740 Pacé

Tel : 0299606034

bmpjouan.asf_bret@club-internet.fr

et

Association Franco-nigérienne MATA

3, rue du Lyonnais

35000 Rennes

tel : 0223462990 ou 0668624244

fwarou@yahoo.fr

le 29 août 2005