archives > Samedis Créateurs >

Synthèse du séminaire « LE COACHING... MODE OU NECESSITE ? »

Séminaire animé par Béatrice GARCIA, Coach, Spécialiste du stress, consultante en Ressources et Relations Humaines, Cabinet Complétude, à Brest.

Synthèse réalisée par Marie Françoise Valais, de la troisième promotion de la formation "Entreprendre au Féminin".

Le Coaching fait beaucoup parler de lui actuellement. Pratique relativement ancienne, le coaching fut longtemps tabou et réservé à une certaine élite sociale, notamment aux grands patrons de l’industrie en recherche de performance.

1- le COACHING, un peu d’histoire
.
Années 1980 : entrée du coaching en France dans l’univers sportif. l’entraîneur devient le coach. Image véhiculée par le sport : force, énergie, vitalité, réussite, excellence...
Années 1990 : le coaching fait irruption dans les entreprises en recherche d’efficacité optimale, de performance, de compétitivité dans un monde concurrentiel fort.

2- le COACHING, définitions
« le coaching est l’accompagnement d’une personne pour le développement de ses potentiels et de ses savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels »(SFC)
« le coaching est un processus d’accompagnement personnalisé visant l’éveil et l’optimisation des potentiels inexploités pour une meilleure réalisation de soi et de ses objectifs ».
Le coaching ne s’apparente pas à la mission de conseil. Le coach est là pour permettre la libération et l’expansion des talents et qualités en accompagnant la personne dans la recherche de ses propres solutions.

3- Le COACH, qui est-il ? qui est-elle ?
c’est un professionnel des relations humaines et du développement des potentiels. c’est un passeur, un éclaireur. Quelle que soit sa formation, il doit avoir fait une démarche de développement personnel qu’il poursuit à travers une supervision.

4- Le COACHING, pour qui ?
Idéalement, pour tous ! Car il s’inscrit dans une dynamique d’évolution fondée sur la juste conscience de tous ses possibles.
La demande émanant des entreprises et des institutions est forte, (dirigeants, managers, cadres, créateurs, etc.)
Quant aux particuliers, ils sont de plus en plus nombreux à franchir la porte du coach. Ce sont des personnes qui sont, pour beaucoup en souffrance psychique et morale dans leur univers professionnel.
Beaucoup sont en transition de vie, en questionnement et souhaitent progresser et rebondir au plus vite et le mieux possible.

5- Le COACHING, pourquoi un tel essor aujourd’hui ?
Quelques constats pour une analyse lucide de la situation :

- Un monde en profonde mutation tant au plan économique et politique que social et familial ; un univers professionnel qui cristallise l’accélération du changement, fusions, restructurations, concurrence effrénée... Emplois, compétences, modes de management en réactualisation constante.
Pression de plus en plus forte, perte de repères, crise de sens.

Les maîtres mots : mobilité, flexibilité, disponibilité, rentabilité, adaptabilité...Mais peut-on vraiment bien vivre dans un état d’instabilité et d’imprévisibilité professionnelle permanentes ? Telle est la question...

- Le culte du pouvoir et de la performance. l’entreprise française est surtout dirigée par des hommes. Parité ? Tabou ! Les conditionnements socio-éducatifs ainsi que notre culture ont valorisé quelques idéaux de puissance (ambition, compétition, hyperactivité...) laissant bien peu de place au registre humain et relationnel.Mais qu’est donc le pouvoir ? Pouvoir sur les autres ??? ou plutôt le pouvoir sur soi et celui de créer, de réaliser, de mobiliser, d’entraîner ?
Toutes ces dernières années, le modèle économique en place a volontiers entretenu une ambiguité quant aux notions de performance individuelle et de valeur personnelle.
Que de désastres liés à cette confusion !

Ne serait-il pas plus juste et plus réaliste de parler d ’efficacité personnelle (pouvoir, force, décision) pour une performance collective, résultante de toutes les synergies individuelles.

- Le déficit managérial

Le management est un art difficile. Il ne suffit pas d’être bien né ni sorti major d’X ou d’HEC pour remplir avec brio une mission si exigeante, si difficile car elle est au cœr des relations humaines. Le savoir technique n’y suffit, encore faut-il être doté de compétences humaines et relationnelles, fondée sur une véritable intelligence émotionnelle. Or, notre système éducatif prépare hélas davantage à acquérir des connaissances qu’à préparer des individualités conscientes et libres.

6- Le COACHING, ses fondements

A- le coaching est une démarche puisant ses sources dans la psychologie humaniste et dans la « relation d’aide »

Mais le coaching n’est en aucun cas une psychothérapie qui, elle, s’intéresse au passé du sujet et pose la question du pourquoi. Ici, on s’appuie sur le présent pour construire le futur, on aide la personne à trouver ses propres ressources.
Basé sur le respect et une confidentialité absolue, le coaching est un processus nécessitant confiance, alliance et reconnaissance réciproque.
Les conditions du succès de la démarche : le coaché doit avoir une volonté de changement, de croissance et d’engagement.
Quant au coach, respect, rigueur, éthique, professionnalisme lui sont indispensables.

B- Des qualités et compétences d’ordre relationnel et humain, psychologique et cognitif
- capacité d’écoute active et empathique.
Poser les bonnes questions n’est pas suffisant, encore faut-il savoir entendre et intégrer le discours verbal et non verbal (attitudes, tics, postures, intonations..), se mettre à sa place du coaché, entrer dans son monde, dans ses référents, tout ceci dans une acceptation inconditionnelle. Accueillir dans une attitude intérieure affective toute la gamme des émotions et des sentiments incite le sujet à se dire et à être.
Cette approche procède de la reformulation qui par son effet miroir permet au coaché de se découvrir, de s’accepter. Authenticité et congruence sont essentielles.
-  Aptitude au diagnostic. Elle est nécessaire pour avoir une perception sû »re. Cette compétence repose sur des connaissances, un savoir faire et un savoir être dans le domaine de la psychologie, du développement personnel et de la sociologie des organisations.

- La maû¯eutique
Chacun possède en lui des talents, des qualités qui lui sont propres. Il s’agit d’extraire ce qui fait son unicité et sa singularité. Véritable accouchement de ce qui est disponible mais caché dans les profondeurs de l’être.
- Connaissance des organisations
l’entreprise a ses règles et des exigences ou contraintes parfois singulières. Aussi est-il important que le coach ait une expérience personnelle et un vécu dans cet univers pour une meilleure compréhension de ce qui s’y joue.

- Connaissance de soi
Elle s’acquiert par un travail sérieux de développement personnel (minimum 2 ans) et se poursuit à travers la supervision.

7- le COACHING, enjeux et objectifs

A-Pour la personne : conscience et développement.

Le coaching donne la possibilité à ceux qui s’y engagent volontairement d’obtenir un plus, mieux être et mieux faire, dans l’exercice de leur activité.
Quelques objectifs partiels :
acquisition d’une autre vision de soi,
acquisition d’une nouvelle perception de soi,
acquisition d’une meilleure compréhension des autres.
Conscience acquise à nouvelle vision à expansion de notre être qui peut s’ouvrir dans toutes ses dimensions. à nouvelles perspectives à ACTION
.

B- Pour l’institution : croissance et pérennité
Le capital humain est la plus grande et la plus belle ressource de l’entreprise. A ne pas « gâcher » !!! Si ses dirigeants, cadres et employés s’améliorent, l’entreprise en tirera des bénéfices évidents. Nous sommes dans une relation gagnant gagnant. Les critères d’évaluation sont par exemple, la diminution de l’ absentéisme, l’amélioration du climat social, la réduction du stress, plus de confiance en soi...l’émergence de nouveaux talents.
coaching à individu à collectivité

8- le COACHING, un accompagnement adapté à chaque demande
A CHACUN SON COACH !!
Il faut un véritable feeling avec la personne choisie comme coach car le coaching est une aventure humaine qui se vit et se gagne à deux.
le coaching ponctuel : concerne la résolution d’une difficulté spécifique, le plus souvent d’ordre comportemental ou relationnel. Il s’agit là d’élargir le champ de conscience de la personne pour l’inviter à changer de regard sur une situation précise ; Et l’aider ensuite dans la recherche de sa propre solution. (3-5 séances).
le coaching de développement à recherche de croissance plus globale pour atteindre rapidement un objectif ambitieux. Le rôle du coach sera d’aider tant à l’identification des blocages, automatismes et croyances limitantes pour mieux les dépasser qu’à la clarification et l’actualisation des valeurs et besoins profonds du coaché. En général, on assiste en quelques mois à une métamorphose significative en terme d’énergie, d’équilibre, d’harmonie où savoir être se conjugue avec savoir faire. (10 séances et plus sur 5- 6 mois)

Le coaching de perspective : Il s’adresse principalement à des dirigeants ou des responsables ayant une conscience forte de leur valeur et de leur potentiel inexploité. Ces personnes sont dans l’anticipation, la stratégie. Le coaching leur permet à travers la prise de recul, l’écoute et le recadrage du coach, la reformulation, la confrontation positive, voire la provocation, de se maintenir en état de vigilance et de veille psychologique pour mieux affronter les défis du futur. (séances à la demande)

Dans tous les cas, la séance de coaching est un lieu, un moment pour soi, pour dire et se dire, s’autoriser enfin à être, pour se recentrer sur son essentiel et se découvrir dans tous ses possibles. Mais le coach ne perd jamais de vue la demande explicite mais aussi implicite ainsi que les objectifs à atteindre. Le coach accompagne, mais ne précède jamais. c’est aussi un témoin bienveillant mais rigoureux qui permet de s’ajuster en permanence.

Dans tous les cas, le coaching est un processus de :
formalisation de la demande,
de diagnostic,
d’analyse,
d’élaboration de pistes,
de mise en oeuvre d’un plan d’action.

Quelques exemples de demandes émanant des institutions :
accroissement du leadership,
confiance en soi, affirmation de soi,
gestion du stress, des émotions,
démotivation,
prise de responsabilité managériale,
problèmes de communication,
gestion du temps,
changement de poste,
conduite du changement,
gestion de conflit,
préparation à la retraite,
crise de sens,
efficacité personnelle,

quelques exemples de problématiques de particuliers :
stress chronique,
burn-out,
perte d’emploi ou de statut,
conciliation des temps de vie,
estime de soi, confiance en soi, affirmation de soi,
harcèlement moral,
crise de doute, de sens,
recherche d’emploi,
nouvelle orientation professionnelle,

9- COACHING ET CREATION d’ENTREPRISE

Créer son entreprise est un acte fort : enjeux financiers, personnels et familiaux ; c’est un chemin semé d’embû »ches à parcourir dans la conscience de ses motivations, capacités, valeurs, besoins, désirs... il faut donc savoir s’entourer, non seulement d’experts et conseillers spécifiques dans les domaines juridiques, commerciaux, formation,etc, mais aussi d’un allié de prédilection, le COACH.

A- le bilan personnel est une nécessité
.
- Accompagnement réflexif et expérientiel sur ses motivations, ses besoins, ses valeurs, ses atouts et ses handicaps.. Voici quelques exemples :
est-ce que je crée par passion ? Pour l’argent ? Par souci d’indépendance ? Parce que je ne trouve pas d’emploi ? Parce que je ne m’entends avec personne ?...
création par choix ? Par défaut ?
Quelles sont mes croyances sur la création et le statut de dirigeant ?
Mon projet est-il en adéquation avec mes valeurs ? Mon éthique ?
Quelles sont mes forces ? Mes faiblesses ? Mes compétences ?
Ai-je suffisamment confiance en moi ?
Mon projet s’inscrit-il dans mon projet de vie global d’aujourd’hui ?
Quels sont mes besoins aujourd’hui ?
Voir où sont mes failles, mes lacunes peut m’amener vers une ou des formations correspondantes.

B- de l’idée à la création

A noter que la notion de prise de risques doit être abordée durant le coaching, car quid d’un éventuel échec si l’hypothèse n’a pas été posée ? Comment le vivrai-je ? Nécessaire prise de conscience que l’échec du projet n’est pas l’échec de la personne, saurai-je et pourrai-je rebondir ? Notion d’apprentissage, etc

Cette étape est capitale car elle permet de ne pas s’égarer dans une impasse et de bien se préparer en amont.

Ensuite,une stratégie d’accompagnement du projet, en lien avec les autres acteurs de la création va permettre de :
définir les objectifs globaux et intermédiaires et leurs critères de réussite,
identifier les obstacles, les freins,
élaborer et planifier les conditions du succès.

Le coaching de l’entrepreneur : écoute, clarification, stimulation, soutien, aide à la mise en œvre d’un plan d’action au service des objectifs à atteindre.

La phase de préparation à la création est une période difficile, fatiguante, stressante ; Confronté à la réalité et à une certaine solitude, l’entrepreneur pourrait se sentir dépassé et perdre sa lucidité. Le coach est là pour écouter ces signaux d’alerte, aider à l’identification et à l’acceptation des émotions, tout en invitant le sujet à la juste perception des défis et enjeux.
Le coaching aide à gérer et mieux, à ajuster son stress, à prendre le recul nécessaire.

C- vers le développement et la pérennisation

Cf. coaching de perspective.

10- le COACH : ses responsabilités

A- vis-à-vis du coaché :

Avoir toujours en conscience que pour le sujet, l’enjeu est important, que par ailleurs, le coaching interpelle la personne dans ce qu’elle a de plus profond, de plus intime. Il est donc essentiel de respecter son rythme et son itinéraire. Le respect de la confidentialité est impératif.

B- vis-à-vis de l’institution (si la demande en émane) :
Concilier au mieux les intérêts du coaché et ceux de l’entreprise, dans le respect des objectifs fixés de manière tripartite. Confidentialité totale sur le vécu des séances. Le seul retour possible se fait en accord avec le sujet lui-même.

C- vis-à-vis du coach lui-même :

La conscience morale doit être au cœr de notre activité de coach. Aussi importe-t-il de savoir refuser une intervention si l’on considère qu’au regard de la situation et du contexte, la situation ne nous apparaît pas juste.

CONCLUSION

Le coaching...mode ou nécessité ? Effet de mode sans aucun doute si l’on en croit l’engouement actuel au-delà même de l’univers professionnel. Le « life coaching » ou coaching de vie est aujourd’hui en pleine expansion.
Mais une mode est par définition souvent éphémère, or le coaching a, semble-t-il, bien de l’avenir car il répond à un réel besoin et à une vraie demande d’aide face à l’accélération du changement et aux nécessaires adaptations. Dans des contextes aussi fluctuants que chaotiques, chacun ressentira le besoin de s’actualiser, de se sentir plus fort, d’être épaulé et accompagné dans ses nouveaux cycles de vie. Par ailleurs, l’entreprise a et aura de plus en plus besoin de personnalités conscientes, matures et libres, dotées d’une grande intelligence émotionnelle et relationnelle qui, par leur charisme, leur humanisme sauront mobiliser et entraîner, dans le respect de chacun, toutes les énergies créatrices, au service de leur devenir commun.

le 2 juin 2005 par Marina Bouchet